Fonction GrooveShark

Cliquer sur un auteur pour lire et entendre chanter ses textes

Apollinaire Guillaume (34) Aragon Louis (59) Banville Théodore de (23) Baudelaire Charles (74) Beart Guy (8) Belleau Rémy (4) Beranger (10) Berimont Luc (8) Bourget Paul (6) Brassens Georges (39) Brel Jacques (9) Bruant Aristide (5) Cabrel Francis (5) Cadou René-Guy (12) Carco Francis (7) Carême Maurice (5) Caussimon Jean-Roger (5) Chateaubriand (4) Claudel Paul (8) Cocteau Jean (5) Coppée Francois (9) Corbière Tristan (8) Corneille (4) Couté Gaston (18) Cros Charles (14) De Baïf (4) Desbordes-Valmore Marceline (18) Desnos Robert (16) Dimey Bernard (12) Du Bellay Joachim (5) Eluard Paul (24) Ferré Léo (6) Florian Claris de (5) Fort Paul (12) Gautier Théophile (27) Genet Jean (4) Gerard Rosemonde (4) Haraucourt Edmond (5) Hugo Victor (100) Jacob Max (8) Jammes Francis (7) La Fontaine Jean de (26) Labé Louise (8) Laforgue Jules (4) Lamartine Alphonse de (19) Leclerc Félix (6) Leconte de Lisle (19) Mac Orlan Pierre (6) Machaut Guillaume de (8) Malherbe Francois de (4) Mallarmé Stéphane (6) Marot Clément (26) Mendès Catulle (6) Musset Alfred de (27) Nerval Gérard de (22) Noailles Anna de (6) Nougaro Claude (6) Orléans Charles d' (17) Peguy Charles (7) Pisan Christine de (4) Prévert Jacques (25) Queneau Raymond (8) Racine Jean (4) Radiguet Raymond (4) Regnier Henri de (6) Richepin Jean (9) Rilke Rainer Maria (6) Rimbaud Arthur (40) Ronsard Pierre de (66) Rostand Edmond (5) Saint-Amant (4) Samain Albert (10) Silvestre Armand (11) Souchon Alain (4) Soupault Philippe (5) Sully Prudhomme (16) Supervielle Jules (8) Toulet Paul-Jean (5) Trenet Charles (5) Verhaeren Emile (5) Verlaine Paul (63) Vian Boris (6) Vigneault Gilles (5) Villon Francois (22) Vilmorin Louise de (5)

mardi 25 avril 2017

Gaston Couté - Chanson de braconnier


Ecouter sur DEEZER
Interprétation : Gerard Pierron
Composition : Emmanuel Bex



Gaston Couté - (1880-1911)


Chanson de Braconnier

Pour tous les bougres qui braconnent
Dedans la Sologne aux bourgeois
Ça n'est pas quand la lune donne
Qu'il faut aller au bois :
Sous les sapinières profondes
On rampe dans le noir.
- J'aime la Françoise qu'est blonde
Faut pas voir tout en noir.

Par la nuit de poix et d'angoisse
Quand on rentre, le carnier plein,
Coucher auprès de sa Françoise,
Le garde au châtelain :
Ce chien vendu qui fait sa ronde
Vous happe dans le noir.
- J'aime la Françoise qu'est blonde
Faut pas voir tout en noir...

Lors, même le jour devient sombre,
Car les juges, ces salopins,
Vous foutent des six mois à l'ombre
Pour trois méchants lapins.
En prison, le coeur pleure et gronde
Seul ! tout seul dans le noir.
- J'aime la Françoise qu'est blonde !
Faut pas voir tout en noir.

J'ai fait ça que je vous raconte
En retournant vers mes amours
Un soir où j'ai réglé le compte
D'un garde d'alentour
Le sang faisait des flaques rondes...
C'était rouge, et puis noir.
- J'aime la Françoise qu'est blonde
Faut pas voir tout en noir.



Ecouter sur DEEZER
Interprétation : Le p'tit crème
Composition : Le p'tit crème

Du même auteur :
A l'auberge de la route
Chanson de braconnier
Cour Cheverny
Gueux
Jour de lessive
L'amour anarchiste
La chanson des fusils
La cigarette
La dernière bouteille
La Julie jolie
Le gâs qu'a perdu l'esprit
Le patois de chez nous
Le vieux trouvère
Les cailloux
Les oies inquiètes
Nos vingt ans
Sur la grand'route
Va danser

lundi 24 avril 2017

Charles-Hubert Millevoye - La fauvette


Ecouter la version chantée
Interprétation : Janicke Yvi
Composition : Georges Bizet
- Diffusé par DEEZER -




Charles-Hubert Millevoye - (1782-1816)


La fauvette

Dans les bois l'amoureux Myrtil
Avait pris Fauvette légère :
"Aimable oiseau, lui disait-il,
Je te destine à ma bergère.
Pour prix du don que j'aurai fait,
Que de baisers !... Si ma Lucette
M'en donne deux pour un bouquet,
J'en aurai dix pour la Fauvette."

La Fauvette dans le vallon
A laissé son ami fidèle,
Et tant fait que de sa prison
Elle s'échappe à tire-d'aile.
"Ah ! dit le berger désolé,
Adieu les baisers de Lucette !
Tout mon bonheur s'est envolé
Sur les ailes de la Fauvette."

Myrtil retourne au bois voisin,
Pleurant la perte qu'il a faite ;
Soit par hasard, soit à dessein,
Dans le bois se trouvait Lucette :
Sensible à ce gage de foi,
Elle sortit de sa retraite,
En lui disant: "Console-toi,
Tu n'as perdu que la Fauvette!"


vendredi 21 avril 2017

Charles-Hubert Millevoye - Le poète mourant



Ecouter la version chantée
Interprétation : Dietrich Fischer-Dieskau
Composition : Giacomo Meyerbeer
- Diffusé par DEEZER -



Charles-Hubert Millevoye - (1782-1816)


Le poète mourant

Le poète chantait : de sa lampe fidèle
S'éteignaient par degrés les rayons pâlissants ;
Et lui, prêt à mourir comme elle,
Exhalait ces tristes accents :

" La fleur de ma vie est fanée ;
Il fut rapide, mon destin !
De mon orageuse journée
Le soir toucha presque au matin.

" Il est sur un lointain rivage
Un arbre où le Plaisir habite avec la Mort.
Sous ses rameaux trompeurs malheureux qui s'endort !
Volupté des amours ! cet arbre est ton image.
Et moi, j'ai reposé sous le mortel ombrage ;
Voyageur imprudent, j'ai mérité mon sort.

" Brise-toi, lyre tant aimée !
Tu ne survivras point à mon dernier sommeil ;
Et tes hymnes sans renommée
Sous la tombe avec moi dormiront sans réveil.
Je ne paraîtrai pas devant le trône austère
Où la postérité, d'une inflexible voix,
Juge les gloires de la terre,
Comme l'Égypte, aux bords de son lac solitaire,
Jugeait les ombres de ses rois.

" Compagnons dispersés de mon triste voyage,
Ô mes amis ! ô vous qui me fûtes si chers !
De mes chants imparfaits recueillez l'héritage,
Et sauvez de l'oubli quelques-uns de mes vers.
Et vous par qui je meurs, vous à qui je pardonne,
Femmes ! vos traits encore à mon oeil incertain
S'offrent comme un rayon d'automne,
Ou comme un songe du matin.
Doux fantômes ! venez, mon ombre vous demande
Un dernier souvenir de douleur et d'amour :
Au pied de mon cyprès effeuillez pour offrande
Les roses qui vivent un jour. "

Le poète chantait : quand la lyre fidèle
S'échappa tout à coup de sa débile main ;
Sa lampe mourut, et comme elle
Il s'éteignit le lendemain.


jeudi 20 avril 2017

Félix Arvers - Sonnet


                                Marie Menessier Nodier probable inspiratrice de ce poème

Ecouter la version chantée
Compositeur : Georges Bizet
Interprète : Bruno Laplante
- Diffusé par YOUTUBE -
Ecouter la version chantée
Interprétation : Serge Gainsbourg
Composition : Serge Gainsbourg
- Diffusé par DEEZER -



Félix Arvers - (1806-1850)


Sonnet

Version originale quasi respectée par Gainsbourg,
malmenée par Georges Bizet


Mon âme a son secret, ma vie a son mystère,
Un amour éternel en un moment conçu :
Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,
Et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su.

Hélas! j'aurai passé près d'elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire,
Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre,
N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.

Pour elle, quoique Dieu l'ait faite douce et tendre,
Elle suit son chemin, distraite, et sans entendre
Ce murmure d'amour élevé sur ses pas;

A l'austère devoir pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle :
"Quelle est donc cette femme?" et ne comprendra pas.


mercredi 19 avril 2017

Le poète en prison



Paul Verlaine - Emprisonné en Belgique
Le Ciel est par-dessus le Toit
La ronde des prisonniers

Guillaume Apollinaire - Emprisonné suite au vol de La Joconde
A la Santé (I)
A la Santé (V)

Gerard de Nerval - Depuis la prison "Sainte Pélagie"
Politique - Dans Ste Pélagie...

Charles d'Orléans - Prisonnier des Anglais à la Tour de Londres
En regardant vers le Pays de France

André Chénier - Ecrit peu avant son exécution
La jeune captive

François Villon - Le plus hors-la-loi de tous les poètes francophones
Emprisonné et soumis à la "question" : "En ses boyaux verse eau à gros bouillons"
Epître à mes amis
Au retour de dure prison

Châteaubriand - Ecrit en prison le 17 juin 1832
Jeune fille et jeune fleur

Jean Genet - Longuement incarcéré lui-même et inspiré par Maurice Pilorge
Le condamné à mort (1)
Le condamné à mort (2)
Le condamné à mort (3)
Le condamné à mort (4)

Les deux auteurs suivants ne parlent pas de leur propre expérience

Charles Baudelaire - Sur "Le Tasse en prison"
Pierre Seghers - Merde à Vauban

Victor Hugo n'est pas incarcéré mais proscrit à Jersey puis à Guernesey
La chanson du proscrit

mardi 18 avril 2017

Verlaine - La ronde des prisonniers


                        Vicent Van Gogh - La ronde des prisonniers

Ecouter la version chantée
Interprétation : Jean-Sébastien Bou
Composition : Charles Bordes
- Diffusé par DEEZER -



Paul Verlaine - (1844-1896)


La ronde des prisonniers

La cour se fleurit de souci
Comme le front
De tous ceux-ci
Qui vont en rond
En flageolant sur leur fémur
Débilité
Le long du mur
Fou de clarté.

Tournez, Samsons sans Dalila,
Sans Philistin,
Tournez bien la
Meule au destin.
Vaincu risible de la loi,
Mouds tour à tour
Ton coeur, ta foi
Et ton amour !

Ils vont! et leurs pauvres souliers
Font un bruit sec,
Humiliés,
La pipe au bec.
Pas un mot ou bien le cachot,
Pas un soupir,
Il fait si chaud
Qu'on croit mourir.

J'en suis de ce cirque effaré,
Soumis d'ailleurs
Et préparé
À tous malheurs.
Et pourquoi si j'ai contristé
Ton voeu têtu,
Société,
Me choierais-tu ?

Allons, frères, bons vieux voleurs,
Doux vagabonds,
Filous en fleur,
Mes chers, mes bons,
Fumons philosophiquement,
Promenons-nous
Paisiblement :
Rien faire est doux.


lundi 17 avril 2017

Charles Cros - L’heure verte


Ecouter sur DEEZER
Composé et interprété
par Jean-Marc Versini



Charles Cros - (1842-1888)

Le coffret de santal


L’heure verte

Comme bercée en un hamac
La pensée oscille et tournoie,
A cette heure où tout estomac
Dans un flot d’absinthe se noie.

Et l’absinthe pénètre l’air,
Car cette heure est toute émeraude.
L’appétit aiguise le flair
De plus d’un nez rose qui rôde.

Promenant le regard savant
De ses grands yeux d’aigues-marines,
Circé cherche d’où vient le vent
Qui lui caresse les narines.

Et, vers des dîners inconnus,
Elle court à travers l’opale
De la brume du soir. Vénus
S’allume dans le ciel vert-pâle.



Du même auteur :
Aux imbéciles
Belle
Chanson des peintres
Croquis
L'archet
L'heure verte
L'orgue
Li-taï-pé
Moi je vis la vie à côté
Nocturne
Plainte
Roses et muguets
Sidonie
Vocation

vendredi 14 avril 2017

Charles Cros - Plainte


Ecouter sur DEEZER
Composé et interprété
par Jean-Marc Versini
Ecouter sur DEEZER
Compositeur : Serge Renard
Interprète : Serge Bouzouki



Charles Cros - (1842-1888)

Le coffret de santal


Plainte

Vrai sauvage égaré dans la ville de pierre,
À la clarté du gaz je végète et je meurs.
Mais vous vous y plaisez, et vos regards charmeurs
M’attirent à la mort, parisienne fière.

Je rêve de passer ma vie en quelque coin
Sous les bois verts ou sur les monts aromatiques,
En Orient, ou bien près du pôle, très loin,
Loin des journaux, de la cohue et des boutiques.

Mais vous aimez la foule et les éclats de voix,
Le bal de l’Opéra, le gaz et la réclame.
Moi, j’oublie, à vous voir, les rochers et les bois,
Je me tue à vouloir me civiliser l’âme.

Je m’ennuie à vous le dire si souvent :
Je mourrai, papillon brûlé, si cela dure...
Vous feriez bien pourtant, vos cheveux noirs au vent,
En clair peignoir ruché, sur un fond de verdure.



Du même auteur :
Aux imbéciles
Belle
Chanson des peintres
Croquis
L'archet
L'heure verte
L'orgue
Li-taï-pé
Moi je vis la vie à côté
Nocturne
Plainte
Roses et muguets
Sidonie
Vocation